Français - Port de Bayonne English - Port de Bayonne Español - Port de Bayonne
Go
Recevoir la newsletter ?
Go
Identifiez-vous...
 

FAQ

Imprimer - Port de Bayonne
Envoyer le lien à un(e) ami(e) - Port de Bayonne

Quelques dates, du XVIème siècle à aujourd'hui


- 1578 : création artificielle de l'embouchure de l'Adour, caractérisée par une barre très agitée qui rend difficile l'accès au port pour les navires de haute mer. Du XVII au XIXème siècle, les dragueurs remplissent de multiples fonctions (désensablement, manoeuvres d'amarrage, renflouement des épaves...).

 

- 1726 : création de la Chambre de commerce de Bayonne.

 

- 1887 : la gestion du port est concédée à la Chambre de commerce par l'Etat.

 

- 1880 : implantation des Forges de l'Adour au Boucau près de l'embouchure.

 

- 1890-1900 : nouveaux travaux (forme de radoub, dragage, raccordement ferroviaire de la rive sud de l'Adour (sur les Allées Marines)

 

- 1900  : la société St Gobain construit une usine de produits chimiques

 

- 1913 : le trafic atteint le million de tonnes (chiffre retrouvé qu'en 1960) importations de charbon et matières premières destinées aux Forges et à St Gobain

 

- 1920 : création des Fonderies de Mousserolles

 

- 1921 : les Verreries de l'Adour s'installent à Blancpignon

 

- 1931 : la Compagnie Electrique du Bourbonnais installe une usine thermique à Blancpignon

 

- 1955 : le soufre de Lacq arrive. Le gisement de gaz naturel de Lacq, en Béarn, découvert en 1951, implique l'installation, sur le port de Bayonne, d'infrastructures pour acheminer du soufre et expédier du pétrole brut. Installation du terminal soufrier de la SNPA (futur Elf Aquitaine) en 1957 à Blancpignon

 

- 1958-1963 : le trafic triple pour atteindre les 2,1M de tonnes

 

- 1964 : La fermeture des Forges de l'Adour marque la fin d'une certaine époque mais d'autres entreprises s'installent sur les rives de l'Adour comme Turbomeca à Tarnos en 1965 et offre de nouvelles perspectives.

 

- 1966 : fin de la construction de la grande digue du Boucau (1250 m) destinée à protéger l'entrée du port de la redoutée barre de l'Adour.

 

- 1973 : exportation de soufre, de maïs (90%) - importation de phosphates et de combustibles (75%)

 

- 1974 : la Crise

 

- 1977 : la digue Sud à l'embouchure

 

- 1983 : création de la Base Navale de l'Adour et du commandement de la Marine à bayonne

 

1995 : Zone d'évitage, comblement du banc St Bernard, réfection des quais de la chimie à Tarnos

 

- 1997 : en octobre, ouverture du Foyer pour les marins en transit "Escale Adour" et création d'une aciérie par le Groupe Ucin

 

- 1998 : Bayonne est le 9ème port français par son tonnage (trafic céréalier avec Maisica, importation des engrais, exportation de soufre liquide ou solide du terminal soufrier de Blancpignon)

 

- 1999 : 9ème port français avec 4 418 532 M tonnes


Le remorqueur BALEA

- 2004 :  Un nouveau remorqueur est entré en service dans le port de Bayonne en janvier 2004. Il était essentiel pour le Port de se doter d’un outil moderne et mieux adapté aux contraintes portuaires actuelles et futures : sa force de traction est de 30 tonnes. Ce remorqueur concourt à améliorer la sécurité dans le Port de Bayonne puisqu’il est doté de puissants moyens de lutte contre l’incendie : 600 m³/heure de mousse peuvent être déversés par les deux canons situés sur sa timonerie. Construit par les chantiers Damen aux Pays-Bas, il a remplacé l'Aturri. Financé à 50% par la CCI, 25% par le Conseil Régional d’Aquitaine et à 25% par des Fonds Européens pour un montant total de 2,5 millions d’euros, c'est la société Chambon qui en assure la gestion suite à un appel d’offre. Ce remorqueur a deux missions majeures :
- le remorquage au port et exceptionnellement en pleine mer
- la lutte contre l’incendie

Voici le descriptif de ce nouveau bâtiment portuaire qui était nécessaire au port de Bayonne :

- Matériau de construction : acier
- Nom : Balea (nom donné après un concours lancé par le personnel de la CCI. Veut dire "baleine" en basque)
- Longueur hors-tout: 22,50 m
- Largeur: 7,65 m
- Tirant d’eau : 3,75 m
- Tirant d’air : 9,00 m
- Déplacement lège : 180 tonnes
- Deux moteurs, deux lignes d’arbre, deux hélices à pas fixe sous tuyères.
- Puissance totale : 2100cv
- Propulseur d’étrave de 80 cv
- Traction au croc : 30 tonnes. Treuil de remorquage
- Pack de lutte contre l’incendie de 600 m³/ heure sous 10 bars
- Constructeur : DAMEN SHIPYARDS - Pays Bas-
- Année de construction du remorqueur : 2003
- Equipage d’exploitation (en remorquage portuaire):
- 1 capitaine
- 1 chef mécanicien
- 1 matelot
- 1 graisseur
- à la place du matelot et du graisseur, on pourra avoir deux matelots polyvalents
- l’effectif du remorqueur pourra évoluer en fonction de la réglementation

 

 

La forme de radoub

Située sur la zone portuaire de Blancpignon, la Forme de Radoub permet l'accueil des navires, leur mise à sec pour réparation, entretien ou nettoyage...
Les caractéristiques générales sont les suivantes :

- longueur hors tout : 114,40 mètres
- largeur : 25,80 mètres
- profondeur : 7,60 mètres

 

Histoire

La forme de Radoub a été construite à la fin du XIXème siècle et avait coûté 1,7 millions de francs de l'époque. Elle a été achevée en 1895 et a été réalisée en maçonnerie massive de pierre de taille.
La mise en service de cette cale sèche a coïncidé avec l'arrivée de la première drague à vapeur du port de Bayonne.

Après une période d’activité médiocre, le 19ème siècle a été marqué par le renouveau du Port de Bayonne puisque ce dernier est devenu un port industriel avec l’implantation des Forges de l’Adour en 1881 – 1883. Ces forges étaient un des premiers exemples de « sidérurgie sur eau » en France.

L’usine reçoit de l’extérieur les matières premières (houilles du Pays de Galles et minerai de fer de Bilbao). Et les bateaux repartent vers la Grande-Bretagne avec de traverses et des poteaux de mines provenant de la forêt des Landes.

Dans ce même 19ème siècle, en 1887 très précisément, l’Etat a confié la gestion du Port de Bayonne à la CCI de Bayonne.

C’est donc dans ce contexte que la Forme de Radoub est construite (1895).

La porte initiale a (sans doute) subi quelques réparations en 1936. Puis en 1959, une nouvelle porte (dite bateau-porte) a été mise en place.
Celle qui a été retirée le 14 octobre 2008 date de 1982 et avait déjà été réalisée par les Etablissements BARLAND installés à Bayonne.

 

Caractéristiques du chantier

Les manœuvres du 14 octobre 2008 ont consisté à remplacer le bateau-porte existant devenu trop vétuste par un nouveau bateau-porte.
Les deux bateaux-portes, l’ancien et le nouveau, ont été permutés.
Une fois la permutation effectuée, l'ancien bateau-porte placé en fond de forme de radoub a été découpé sur place et ferraillé. Pour la permutation des deux portes, la maîtrise d'œuvre de ces manœuvres a été assurée par la Sté ERNAT (Ingénierie – Bureau d’études Industrie) - Orthez

Dans une forme de radoub, la porte constitue, en règle générale, la zone potentiellement la plus fragile car elle doit reprendre l’ensemble des efforts que la mer exerce sur cette entrée.
L’étanchéité du bassin est assurée au moyen de joints positionnés sur le pourtour du bateau-porte.

Pour la réparation ou le nettoyage d’un bateau, à marée haute, le bateau-porte flotte sur l’Adour ; on introduit le bateau à réparer dans la forme puis on vient placer le bateau-porte à l’entrée. Une fois le bateau-porte installé, on assèche immédiatement la forme afin que le niveau de l’eau à l’intérieur de la forme devienne inférieur à celui de l’Adour.

La vidange du bassin s'effectue via la station de pompage située dans un local attenant.

 


Durée des travaux

Après une consultation d’entreprises lancée en novembre 2007, ce sont les Etablissements BARLAND qui ont été retenus pour la réalisation du nouveau bateau-porte.
Cette très ancienne entreprise bayonnaise avait déjà réalisé le précédent bateau-porte il y a 30 ans.

Coût de la présente opération : 360.000 €

Le chantier a nécessité 16 semaines de travail se répartissant en :
- 9 semaines entre la  fourniture des matériaux et la préfabrication en atelier
- 7 semaines d'assemblage dans la forme de radoub.

 


Le nouveau bateau porte

Les caractéristiques du  nouveau bateau-porte sont les suivantes :

· Longueur : 15,70 mètres
· Largeur ou Epaisseur : 2,60 mètres
· Hauteur : 7,10 mètres
· Poids : 101 tonnes

 

Questions diverses

1) Que fait la CCI sur le port ?

Elle est concessionnaire du Port.
Le Conseil Régional lui a confié les missions suivantes :
• le développement stratégique et commercial du port,
• l'implantation d'activités concourant au développement du port,
• l’exploitation technique, l'entretien, le renouvellement et l'amélioration des installations, ouvrages, outillage (les grues, hangars, terre pleins, voies ferrées portuaires…),
• la recherche d’activités nouvelles,
• le développement de l’activité maritime,
• le dragage d'entretien du port,
• le service de remorquage

 


2) Pourquoi développer le transport maritime ?

 

Parce que c’est un moyen de transport économique respectueux de l’environnement, permettant aux entreprises d’une région d’accéder aux marchés du monde entier.

 

3) Quelle est la taille des bateaux qui entrent dans le port de Bayonne ?

Ils atteignent jusqu'à 170 mètres de longueur.
Cela correspond à un navire transportant environ 20 000 tonnes de marchandises, soit l’équivalent de 1000 camions.

 

4) A quoi sert un Pilote maritime ?

Lorsque un bateau entre dans un Port, le commandant du bateau doit être assisté par un pilote.
Ce dernier est un navigant qui connaît parfaitement le Port de Bayonne et qui conseille les commandants durant leurs manœuvres.
La présence d’un Pilote maritime est obligatoire dans tous les ports du monde.
Les pilotes de l’Adour ont leur siège à l’embouchure de l’Adour (coté Anglet) à la Tour des Signaux.

 

5) A quoi sert un Remorqueur ?

Il aide le navire dans sa manœuvre lorsqu’il entre ou sort du Port.
Le Remorqueur de Bayonne, « le Balea », est de plus équipé d’un système de défense incendie afin d’assurer une sécurité maximale aux navires.
Il est assisté par le "Saint Bernard", petit remorqueur appartenant aux Pilotes.

 

6) Quelles sont les marchandises qui passent sur le Port de Bayonne ? Voir le graphique

 

7) Pourquoi le Port est il fermé au public ?

Les principales zones portuaires sont fermées pour répondre à une norme internationale de sûreté.

 

8) A quoi sert la Capitainerie ?

La Capitainerie assure le contrôle des navires et des opérations portuaires.
Les officiers de port organisent le placement des navires dans le Port.

 

9) Que font les Affaires Maritimes ?

C’est l’administration en charge des activités maritimes (commerce, pêche, plaisance)

 

10) Qu'est-ce qu'un lamaneur ?

Un lamaneur est une personne chargée des opérations d'amarrage des navires. Les lamaneurs sont des marins spécialisés.

Le terme vient du vieux français laman, lui même issu du néerlandais lootsman, signifiant « l'homme de la sonde » (le sens moderne du mot néerl., écrit loodsman ou tout simplement loods, est 'pilote de port'). À l'origine, c'était un marin local expérimenté qui montait à bord des navires pour les guider lors de leur entrée dans le port, pour ce faire, il s'aidait d'une sonde. Par la suite, son métier a évolué vers l'assistance à l'amarrage des bâtiments. Les lamaneurs embraquent les toulines envoyées depuis le navire, à l'extrémité desquelles sont fixées les aussières qu'ils saisissent et capèlent sur des bollards ou bittes d'amarrage. Lors de l'appareillage, ils larguent les aussières sur demande du navire.

 

Haut de page
 
CCI Bayonne Pays Basque
Chambre de Commerce et d'Industrie de Bayonne Pays Basque - 50-51, Allées Marines 64100 BAYONNE
Port de Bayonne - Service d'Exploitation - 850, route de la Barre - 40220 TARNOS
login